Forum pour les ESI, IDE et pro de la santé


 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 robots infirmiers : dérive technologique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
syndicat
Invité



MessageSujet: robots infirmiers : dérive technologique   Mer 14 Fév - 21:18

Communiqué : dérives technologiques à l’hôpital !


Dans le cadre du projet européen IWARD (financé par l’Union Européenne), des scientifiques anglais et allemands mettent au point des "robots infirmiers" qui d’ici trois ans doivent être introduits dans des hôpitaux. Une manière de résoudre la pénurie infirmière qui est mondiale, et va s’aggraver avec les départs en retraite.

L’objectifs de IWARD est de mettre en place dans des hôpitaux en 2010 trois sortes de « robots infirmiers » : réveillez-vous, ils sont devenus fous !

Les "robots infirmiers" devraient accomplir des tâches de "techniciens de surface". Mais les robots seraient aussi capables de réaliser des tâches infirmières, telles que la distribution des comprimés, la prise de température à distance avec un appareil laser ou le contrôle de la pression artérielle. Les robots seraient même capables de communiquer avec les patients et d’envoyer des messages au personnel.

Après, on peut toujours parler d’humanisation des hôpitaux, et de respect des droits des malades ! Si certains peuvent être admiratifs devant les progrès de la robotique, nous préférons revendiquer un positionnement d’humanistes archaïques !

Thomas Schlegel, de l’institut Fraunhofer, qui est à la tête de l’équipe de recherche, explique que « le principe n’est pas que d’avoir des robots mobiles, mais bien de développer un système de bornes mouvantes offrant à la fois l’information et l’assistance aux gens, de façon à ce que l’hôpital devienne un lieu interactif et intelligent » (parce que aujourd’hui ce n’est pas le cas ?).

Mis en chantier par les universités européennes de Cardiff, Dublin, Newcastle et Warwick, selon le Dr Schlegel, « IWARD permettra aux membres du personnel hospitalier de consacrer plus de temps à leurs patients plutôt que de s’adonner à d’autres tâches élémentaires ». Encore une preuve que l’enfer est pavé de bonnes intentions !

Un visiteur pourrait donner le nom d’un patient et un robot le mènerait à son chevet (bonjour le secret de l’hospitalisation !). Si le robot le plus proche n’était pas sûr de l’endroit, il pourrait communiquer avec d’autres pour avoir de l’aide.

Chaque robot sera équipé de capteurs pour éviter des collisions. Des "technologies faciales d’identification" seront utilisées, ainsi les robots pourraient repérer si une personne non autorisée était entrée. Le projet ne précise pas si les robots doivent « neutraliser » la personne non agréée, ni s’il y a un bouton « d’arrêt d’urgence » en cas de dysfonctionnement du robot !

Entre la volonté de tout rationaliser, pour réaliser toujours plus d’économie, et les délires technologiques de certains, on cherche a transformer l’hôpital en un « centre de prestations sanitaires ». Mais on ne peut remplacer les humains par des robots comme dans les usines automobiles, car nous ne construisons pas des objets, nous soignons d’autres êtres humains.

Les soins infirmiers découlent en effet des deux faces du concept « soigner » : traiter la maladie, et prendre soin de la personne. L’infirmière représente avant tout une présence, qui défend la valeur et la dignité humaine du malade au sein de l’univers hospitalo-centriste, en rappelant qu’il est en lui-même une fin, c’est-à-dire une personne que l’on doit respecter et prendre en compte, et non une simple chose (organe, pathologie) dont on peut disposer. De part sa vision globale et ses capacités relationnelles, elle permet au malade de conserver son humanité.

Le Syndicat National des Professionnels Infirmiers SNPI CFE-CGC estime que face à la dérive technicienne, et à la tentation de tout standardiser par des protocoles et des normes, l’infirmière est là pour garantir la personnalisation des soins, sa compétence et sa faculté de jugement débouchant sur une meilleure qualité des soins. Pour ne pas perdre le sens de ses actes, l’infirmière développe une réflexion de plus en plus vigilante sur la technique, qui doit rester un instrument de l’action.

Le site du SNPI CFE-CGC :
Revenir en haut Aller en bas
Dominique
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8184
Age : 44
Localisation : Ile de la Réunion
Date d'inscription : 18/09/2004

MessageSujet: Re: robots infirmiers : dérive technologique   Mer 14 Fév - 21:53

Où allons nous ??????????????????????
Des robots pour remplacer du personnel soignant ? J'imagine mal les patients discuter avec un..............."tas de ferraille bourré d'électronique" chat1

_________________
Bonne continuation et à bientôt sur ce forum,
Dominique
Mes sites pour étudiants infirmiers : www.etudiantinf.fr.tc
http://www.e-monsite.fr/aideauxesi/accueil.html

Et mon incontournable forum de pub :
http://faisons-de-la-pub.winnerforum.net
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.etudiantinf.fr.tc
lolo
Silver VIP
Silver VIP
avatar

Nombre de messages : 9190
Age : 43
Localisation : nord
Date d'inscription : 23/09/2004

MessageSujet: Re: robots infirmiers : dérive technologique   Ven 16 Fév - 0:36

???????????

_________________
Celui qui veut vraiment trouve toujours des moyens, celui qui ne veut pas vraiment trouve toujours des excuses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: robots infirmiers : dérive technologique   

Revenir en haut Aller en bas
 
robots infirmiers : dérive technologique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seconde technologique hotellerie
» futur technologique.
» Coopérative Technologique Dentaire
» 4ème technologique
» Dernières nouvelles du front, choses vues dans un système éducatif à la dérive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum pour les ESI, IDE et pro de la santé :: Accueil :: Forum des invités-
Sauter vers: