Forum pour les ESI, IDE et pro de la santé


 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mon TFE : la suite:)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gloria
Nouveau


Nombre de messages : 3
Age : 41
Date d'inscription : 11/04/2010

MessageSujet: Mon TFE : la suite:)   Jeu 3 Juin - 23:39

Salut à tous,
Comme quoi petit à petit l'oiseau fait son nid mais là il va falloir que j'accélère un peu plus si je veux finir dans les temps. Maintenant que ma troisième année est validée je peux me concentrer entièrement à mon TFE.
Voici les dernières retouches, je trouve que c'est pas trop mal mais j'ai l'impression que au niveau des concepts c'est pas complet, qu'est-ce que vous en pensez?


En stage en service de soins infirmiers à domicile, l’infirmière réfèrente du secteur s’occupait de mon encadrement. Cela faisait déjà 15 jours que nous prenions en charge Mme S. Celle-ci était âgée de 92 ans, vivait seule dans sa maison et était grabataire. Deux aides à domicile venaient s’occuper de la maison et d’elle, une le matin et l’autre l’après midi, toutefois elle restait seule dans la maison toute la nuit. Depuis quelques temps l’infirmière du service et moi, avions noté que l’état général de Mme S. se détériorait, en effet, elle présentait des signes de déshydratation et de dénutrition (Sécheresse buccale, fièvre (37°Cool, plis cutanés, amaigrissement important, diarrhée persistante). La cadre du service a donc fait appel au médecin et au tuteur, qui n’étaient pas joignable. En attendant de pouvoir les contacter, nous avons donc décidé en équipe de surveiller son alimentation, dans un premier temps, et d’en discuter avec les aides à domicile afin qu’elles puissent compléter son alimentation en rajoutant des protéines et lui proposer à boire plus fréquemment. En attendant, une infirmière a proposé une hydratation en percutané, étant donné que j’avais pensé à cette solution mais que je n’avais pas osé la proposé, j’ai appuyé sa démarche mettant en avant l’urgence de l’état de Madame S. mais la cadre du service à rejeté l’idée du fait du manque de surveillance et d’encadrement autour de cette patiente et préférait plaçait cette solution en dernier recours. L’équipe a donc décidé qu’à chacun de ses passages (deux fois par jour), l’infirmière devait s’assurer d’hydrater la patiente suffisamment lors de son arrivée et avant son départ. N’ayant toujours pas de nouvelles du médecin, les infirmières n’ont pas cessé de signaler l’évolution de l’état de santé de la patiente et informé que les mesures que nous mettons en place restent inefficaces.
Peu de temps après, l’état de santé de Mme S. empirait, celle-ci était hyperthermique, agitée et confuse. Nous avons appelé la cadre de service en urgence afin qu’elle puisse contacter le médecin. Pendant ce temps nous avons procéder à une toilette au lit pour la mettre au propre car elle baignait dans les selles, refait les pansements. Entre temps nous avons été mis en relation avec le médecin qui a prescrit la pose d’une voie veineuse périphérique avec du Glucosé à 5% et un transfert aux urgences accompagnée d’un ambulancier.
Je retourne au bureau mais je suis affectée par ce que vit la patiente, sa douleur, et son mal-être. Les choses auraient-elles pus se passer autrement si nous avions pu entrer en contact avec le médecin dès les premiers moments où la cadre avait tenté de le joindre au téléphone ? J’avoue que ma plus grande difficulté sur ce terrain de stage est l’attente constante :
- attente des résultats de laboratoires privés qui sont plus long,
- attente des réponses aux questions posées à la famille
- l’absence du médecin sur le lieu de soins
- inquiétude concernant l’évolution de la patiente entre le moment où on a effectué les soins et le moment où l’infirmier repassera le lendemain.

J’avais souvent des doutes quant à l’analyse que je faisais de la situation de la patiente et je me reportais donc à l’infirmière afin d’avoir sa validation. Avais-je en ma possession toutes les connaissances nécessaires afin de mieux évaluer la situation de la patiente ?
Les différences organisationnelles et fondamentales qui existent entre l’intra-hospitalier et les soins à domicile jouent-elles un rôle dans l’efficacité de la prise en charge des patients ?
Les distances géographiques, qui existent entre les différents interlocuteurs, peuvent-elles êtres un frein dans la prise en charge holistique du patient dans ce secteur d’activité ?
Je me rends compte que mes stages en générales ce sont déroulés au sein d’une structure dans laquelle je me sentais en sécurité, comme l’hôpital, où le chemin est balisé par la présence constante d’un médecin, un interne ou un cadre. Les réponses sont immédiates et il y a une surveillance accrue de l’évolution de l’état de santé du patient du fait de la rotation quotidienne des soignants. Sinon il y a les protocoles de service spécifique aux pathologies traités, les cas d’urgences que l’on peut rencontrer, ce qui permet de prendre en charge la situation d’urgence dans l’immédiat.

Quelles sont les limites du rôle sur prescription de l’infirmière à domicile ?
L’infirmière à domicile est tributaire de la disponibilité du médecin de ville et de ses exigences. C C’est le patient qui fait les démarches et qui, le plus souvent, se déplace vers les professionnels de santé. Le patient doit également concilier avec le bon vouloir de la famille et du temps qu’ils veulent bien leur accorder, et de ce fait, sa prise en charge peut être longue et les complications peuvent survenir avant qu’une réponse soit faite, qu’une prescription soit établie.

L’étudiant peut-il réellement se positionner lorsqu’il est en situation de stagiaire au sein d’une équipe de professionnels déjà constituée?
Mon attitude en stage est-elle un frein à mon implication dans la prise en charge du patient ?
En regardant les choses de manière rétrospective, j’ai souvent été confrontée à cette réalité, où on m’a reproché de prendre trop d’initiative. Est-ce ce qui pourrait expliquer ma difficulté à me positionner dans l’équipe ?
Je pense que l’étudiant prend la place que l’on veut bien lui accorder, je me souviens que la réfèrente m’avait mise si à l’aise, que je me sentais libre de lui proposer des soins, elle me demandait de faire mes analyses de la journée de travail puis elle réajustait si cela s’avérait nécessaire. Puis lors du bilan de mi-stage la cadre de service me trouvait beaucoup trop entreprenante par apport à l’infirmière qui se tenait en retrait et m’a demandé de rester à ma place de stagiaire ; ce que j’ai fais et n’est plus osé rien dire.
D’après mes connaissances, dans le cas de cette patiente, l’équipe soignante a mis en place toutes les actions qui étaient possible dans le cadre de leur rôle propre. Il me semble que la dégradation de son état général et le fait qu’elle vivait seule, il était nécessaire de l’hospitaliser afin de permettre une prise en charge globale efficace.
Par conséquent, je m’interroge dans un premier temps sur le rôle de l'IDE dans la coordination des soins à domicile, de ses limites et comment y remédier en cas de "problème" (médecin injoignable par ex).
Puis deuxièmement, en quoi le positionnement de l’étudiant en stage peut-il favoriser son intégration au sein de l’équipe de soins à domicile?

CADRE CONCEPTUEL

- soins à domicile
* Définition et objectifs de la structure de soins à domicile
* implication
*réglementation
*rôle de l’infirmière

- Formation
* Acquisition et intégration des connaissances ;
*Mise en pratique, mise en relation/lien
* recherches personnelles / remise à niveau / s’informer
*expérience sur le terrain

- Posture
*Connaissance de soi
* Suis-je au clair avec le décret
* Adaptabilité aux secteurs d’activités, au cadre dans lequel on se situe
*Gestion des émotions = gestion des situations
*Les relations avec les autres

- Posture professionnelle
* connaitre le décret de compétences adapté aux soins à domicile
*Rôle propre / rôle prescrit
* Communiquer avec le personnel et les intervenants
*Relation aux autres

- Intégration
* au sein d’une équipe déjà constituée
*reconnaissance de ses compétences
*en tant que professionnel

- l’encadrement
*garant de la cohésion du groupe
*constructeur de la dynamique de groupe

En stage en service de soins infirmiers à domicile, l’infirmière réfèrente du secteur s’occupait de mon encadrement. Cela faisait déjà 15 jours que nous prenions en charge Mme S. Celle-ci était âgée de 92 ans, vivait seule dans sa maison et était grabataire. Deux aides à domicile venaient s’occuper de la maison et d’elle, une le matin et l’autre l’après midi, toutefois elle restait seule dans la maison toute la nuit. Depuis quelques temps l’infirmière du service et moi, avions noté que l’état général de Mme S. se détériorait, en effet, elle présentait des signes de déshydratation et de dénutrition (Sécheresse buccale, fièvre (37°Cool, plis cutanés, amaigrissement important, diarrhée persistante). La cadre du service a donc fait appel au médecin et au tuteur, qui n’étaient pas joignable. En attendant de pouvoir les contacter, nous avons donc décidé en équipe de surveiller son alimentation, dans un premier temps, et d’en discuter avec les aides à domicile afin qu’elles puissent compléter son alimentation en rajoutant des protéines et lui proposer à boire plus fréquemment. En attendant, une infirmière a proposé une hydratation en percutané, étant donné que j’avais pensé à cette solution mais que je n’avais pas osé la proposé, j’ai appuyé sa démarche mettant en avant l’urgence de l’état de Madame S. mais la cadre du service à rejeté l’idée du fait du manque de surveillance et d’encadrement autour de cette patiente et préférait plaçait cette solution en dernier recours. L’équipe a donc décidé qu’à chacun de ses passages (deux fois par jour), l’infirmière devait s’assurer d’hydrater la patiente suffisamment lors de son arrivée et avant son départ. N’ayant toujours pas de nouvelles du médecin, les infirmières n’ont pas cessé de signaler l’évolution de l’état de santé de la patiente et informé que les mesures que nous mettons en place restent inefficaces.
Peu de temps après, l’état de santé de Mme S. empirait, celle-ci était hyperthermique, agitée et confuse. Nous avons appelé la cadre de service en urgence afin qu’elle puisse contacter le médecin. Pendant ce temps nous avons procéder à une toilette au lit pour la mettre au propre car elle baignait dans les selles, refait les pansements. Entre temps nous avons été mis en relation avec le médecin qui a prescrit la pose d’une voie veineuse périphérique avec du Glucosé à 5% et un transfert aux urgences accompagnée d’un ambulancier.
Je retourne au bureau mais je suis affectée par ce que vit la patiente, sa douleur, et son mal-être. Les choses auraient-elles pus se passer autrement si nous avions pu entrer en contact avec le médecin dès les premiers moments où la cadre avait tenté de le joindre au téléphone ? J’avoue que ma plus grande difficulté sur ce terrain de stage est l’attente constante :
- attente des résultats de laboratoires privés qui sont plus long,
- attente des réponses aux questions posées à la famille
- l’absence du médecin sur le lieu de soins
- inquiétude concernant l’évolution de la patiente entre le moment où on a effectué les soins et le moment où l’infirmier repassera le lendemain.

J’avais souvent des doutes quant à l’analyse que je faisais de la situation de la patiente et je me reportais donc à l’infirmière afin d’avoir sa validation. Avais-je en ma possession toutes les connaissances nécessaires afin de mieux évaluer la situation de la patiente ?
Les différences organisationnelles et fondamentales qui existent entre l’intra hospitalier et les soins à domicile jouent-elles un rôle dans l’efficacité de la prise en charge des patients ?
Les distances géographiques, qui existent entre les différents interlocuteurs, peuvent-elles êtres un frein dans la prise en charge holistique du patient dans ce secteur d’activité ?
Je me rends compte que mes stages en générales ce sont déroulés au sein d’une structure dans laquelle je me sentais en sécurité, comme l’hôpital, où le chemin est balisé par la présence constante d’un médecin, un interne ou un cadre. Les réponses sont immédiates et il y a une surveillance accrue de l’évolution de l’état de santé du patient du fait de la rotation quotidienne des soignants. Sinon il y a les protocoles de service spécifique aux pathologies traités, les cas d’urgences que l’on peut rencontrer, ce qui permet de prendre en charge la situation d’urgence dans l’immédiat.

Quelles sont les limites du rôle sur prescription de l’infirmière à domicile ?
L’infirmière à domicile est tributaire de la disponibilité du médecin de ville et de ses exigences. C C’est le patient qui fait les démarches et qui, le plus souvent, se déplace vers les professionnels de santé. Le patient doit également concilier avec le bon vouloir de la famille et du temps qu’ils veulent bien leur accorder, et de ce fait, sa prise en charge peut être longue et les complications peuvent survenir avant qu’une réponse soit faite, qu’une prescription soit établie.

L’étudiant peut-il réellement se positionner lorsqu’il est en situation de stagiaire au sein d’une équipe de professionnels déjà constituée?
Mon attitude en stage est-elle un frein à mon implication dans la prise en charge du patient ?
En regardant les choses de manière rétrospective, j’ai souvent été confrontée à cette réalité, où on m’a reproché de prendre trop d’initiative. Est-ce ce qui pourrait expliquer ma difficulté à me positionner dans l’équipe ?
Je pense que l’étudiant prend la place que l’on veut bien lui accorder, je me souviens que la réfèrente m’avait mise si à l’aise, que je me sentais libre de lui proposer des soins, elle me demandait de faire mes analyses de la journée de travail puis elle réajustait si cela s’avérait nécessaire. Puis lors du bilan de mi-stage la cadre de service me trouvait beaucoup trop entreprenante par apport à l’infirmière qui se tenait en retrait et m’a demandé de rester à ma place de stagiaire ; ce que j’ai fais et n’est plus osé rien dire.
D’après mes connaissances, dans le cas de cette patiente, l’équipe soignante a mis en place toutes les actions qui étaient possible dans le cadre de leur rôle propre. Il me semble que la dégradation de son état général et le fait qu’elle vivait seule, il était nécessaire de l’hospitaliser afin de permettre une prise en charge globale efficace.
Par conséquent, je m’interroge dans un premier temps sur le rôle de l'IDE dans la coordination des soins à domicile, de ses limites et comment y remédier en cas de "problème" (médecin injoignable par ex).
Puis deuxièmement, en quoi le positionnement de l’étudiant en stage peut-il favoriser son intégration au sein de l’équipe de soins à domicile?

CADRE CONCEPTUEL
- soins à domicile
* Définition et objectifs de la structure de soins à domicile
* implication
*réglementation
*rôle de l’infirmière
- Formation
* Acquisition et intégration des connaissances = Mise en pratique, mise en relation/lien
* recherches personnelles / remise à niveau / s’informer
*expérience sur le terrain

- Posture
*Connaissance de soi
* Suis-je au clair avec le décret
* Adaptabilité aux secteurs d’activités, au cadre dans lequel on se situe
*Gestion des émotions = gestion des situations
*Les relations avec les autres

- Posture professionnelle
* connaitre le décret de compétences adapté aux soins à domicile = rôle propre / rôle
prescrit
* Communiquer avec le personnel et les intervenants = relation aux autres

- Intégration
* au sein d’une équipe déjà constituée
*reconnaissance de ses compétences
*en tant que professionnel

- l’encadrement
*garant de la cohésion du groupe
*constructeur de la dynamique de groupe

Voila c'est fini! je reste dans l'attente de vos remarques et suggestions
grosses bises a tous

[center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mon TFE : la suite:)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Témoignage de myriam suite a une NdE
» Petit jeu : la suite de mots!
» Saint François Xavier Prêtre, Jésuite, Apôtre des Indes et du Japon et commentaire du jour "L'aveuglement des hommes"
» [Jeu] Suite de mots... en latin
» STRESS ET DENTISTERIE (suite) en exclusivité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum pour les ESI, IDE et pro de la santé :: Le coin des étudiants :: T.F.E-
Sauter vers: